Les fintechs s’organisent pour le prélèvement à la source

Prélèvemenat-source-janvier-2019

Le prélèvement à la source sera pleinement effectif à partir du 1er janvier 2019. Une véritable aubaine pour les éditeurs de logiciels RH qui auront pour le coup la volonté d’accompagner les entreprises dans l’application de cette nouvelle mesure. Ces dernières devront s’adapter et passer le cap avec cette réforme qui s’annonce pas vraiment comme une sinécure sur le plan administratif.

Un petit bouleversement pour les entreprises

L’impôt sur le revenu devra donc dorénavant être prélevé directement sur le salaire par les entreprises. Ce sont de plus ces dernières qui auront la charge de reverser les montants à l’administration fiscale. De gros tracas à prévoir sur le plan administratif mais heureusement certaines start-up ont eu la bonne idée de se pencher sur la question et de proposer des simplifications très performantes en terme de process.

Sur les rangs depuis 2016, Payfit propose des solutions en terme de gestion de paie avec pour vocation une aide précieuse pour les entreprises. Déjà plus de 2500 clients lui font confiance et il y a fort à parier que ce nombre augmente de manière exponentielle suite à cette importante réforme.

En effet, les entreprises vont devoir, pour la plupart, changer de logiciel de paie, ce qui fera à n’en pas douter la part belle aux nouveaux acteurs de ce marché. Des entreprises qui par ailleurs semblent quelque peu inquiètes en terme de sécurité des données et il apparaît dès lors évident que les nouvelles solutions devront répondre de manière très pointue à ce nouvel enjeu. Un autre acteur historique du secteur de la paie, à savoir ADP, est prêt pour cette transition.

Fort de 12000 clients, la société peut compter sur sa solide expérience dans le milieu, chose qui devrait lui permettre de passer le cap dans d’excellentes dispositions.

Les fintechs s’organisent pour le prélèvement à la source
4 (80%) 1 vote